Archive pour la catégorie ‘Réflexions’

Facebook, dangers et addictions

« L’homme acteur de sa propre destruction », voilà une idée qui n’est pas nouvelle mais qui a fait bien du chemin depuis sa première apparition dont je ne saurais nommer l’origine. En effet, cette idée qui a fait son chemin nous mène aujourd’hui dans le monde merveilleux des réseaux sociaux, et plus particulièrement du plus célèbre d’entre eux : Facebook.

Formidable outil de communication pour les uns, véritable big brother des temps modernes pour les autres Facebook tire ses origines de l’université privée américaine située dans la ville de Cambridge, dans le Massachusetts, et plus connue sous de nom de Harvard. Facebook à été, dès son origine, un réseau social mais alors uniquement réservé aux membres de cette université. Celui-ci étant devenu rapidement populaire parmi les étudiants s’est alors élargi à d’autres universités américaines avant de s’ouvrir finalement au monde entier en septembre 2006. Sa croissance a alors été exponentielle passant, en à peine trois ans, de tout juste 10 millions d’utilisateurs à plus de 200 millions.

En ce qui me concerne j’ai longtemps résisté aux nombreuses pressions de mes connaissances m’incitant activement (et souvent malgré eux) à m’inscrire sur ce service, avant finalement de céder fin 2008 pour diverses raisons, notamment professionnelles puisque je m’étais alors impliqué dans un projet de développement utilisant l’API de Facebook, mais également, sans doute, par curiosité !

Dans tous les cas, en presque un an d’utilisation du service,  je pense avoir eu le temps d’en faire le tour et m’en être fait une opinion à peu près fondée. C’est cette opinion que je vais tenter de vous exposer ici.

Autant être clair tout de suite : je suis parti avec de nombreux préjugés ; et aucun n’était en faveur de Facebook… Je me suis donc inscrit avec la plus grande retenue, en spécifiant le minimum d’informations nécessaires et avec la ferme intention de rester discret. Toutefois l’expérience ne s’est pas déroulée comme prévue…

Je me suis donc inscrit, fin 2008, en exposant quelques informations banales, telles que mes nom, prénom, adresse électronique ou encore une photo de moi. A peine inscrit je recevais déjà plusieurs invitations de mes connaissances déjà inscrites sur Facebook qui m’avaient envoyés des  invitations par le passé. J’ai compris peu de temps après que dès la création d’un compte sur Facebook, celui-ci vous invite fortement à saisir vos identifiants de messagerie électronique (gMail, Hotmail…),  afin d’aller y récupérer les adresses électroniques de tous vos contacts. Il détecte les profils de vos contacts déjà inscrits sur Facebook et propose de les ajouter en tant que « Ami ». Pour les autres, (ceux qui ne sont pas inscrits), Facebook vous propose de leur envoyer des invitations à s’inscrire sur le service. Certes, ceci n’est pas obligatoire, mais il s’agit de l’option sélectionnée par défaut et l’utilisateur n’y prêtant pas attention se transforme alors malgré lui en relai de SPAM volontaire incitant tous ses amis à rejoindre Facebook.

Suite à cette première phase, j’ai enfin commencé à utiliser mon profil Facebook. Première impression :  une absence totale de clarté pour un non initié ; Facebook utilisant de nombreux termes qui lui sont propres sans en donner l’explication. Prenons par exemple le « Mur » : il s’agit d’une sorte de fil d’actualité recensant toutes vos activités sur Facebook et l’exposant à tous vos amis, leur laissant ainsi la possibilité d’émettre des commentaires sur les dites activités. Lors de mon arrivée sur le site, ce terme n’était pas du tout documenté et employé comme tel à tout bouts de champs, il fallait donc en deviner la signification ; notamment dans les paramètres de confidentialités, vous proposant d’afficher ou non telle action sur votre Mur… « Certes, mais qu’est-ce qu’un mur ? » serait-on tenté de demander… D’autant qu’aucune aide contextuelle n’était disponible pour m’aiguiller sur les décisions à prendre.

Heureusement, tout ceci s’est largement amélioré avec le temps, l’aide est devenue plus exhaustive, l’interface plus intuitive et les nouveaux utilisateurs sont moins perdus. Mais qu’en est-il des 20 millions (voir beaucoup plus) qui se sont inscrit sans rien comprendre et qui, par flemme ou pas ignorance, n’ont ensuite jamais cherché à avoir si leurs données personnelles étaient protégées ? Mais je m’égare, revenons en donc à nos moutons. Après donc m’être inscrit puis, après une période d’adaptation, avoir compris le fonctionnement du site dans les moindres détails, je me suis mis à l’utiliser en utilisateur régulier.

J’ai commencé par mettre des albums photos lorsque l’occasion se présentait  (fêtes, voyages, etc.). Mes amis ont commentés mes photos, et j’acquérais une certaine fierté de voir mes photos intéresser les gens. Ce qui m’incitait par là même à en ajouter d’avantage. J’ai alors importé sur Facebook mes anciens albums photos, voyant là, en second lieu, un excellent moyen de les sauvegarder en les gardant accessibles.

Et c’est là que l’expérience devient intéressante. En effet, tel le Sarlacc de Star Wars, Facebook engloutie tous ceux qui s’en approchent : donnez lui la main il vous mangera en entier. Facebook travaille en effet à flatter votre égo et à assouvir votre curiosité, votre instinct voyeur : vous pouvez en effet, explorer presque sans limite la vie privée de tous vos amis, et quelle jouissance que de disposer d’un tel pouvoir, et par extension, quelle frustration lorsque la personne en question n’as pas spécifiée telle ou telle information qu’on aurait aimé connaitre… On se met alors à la spécifier nous même dans notre profil voire à en spécifier d’avantage, avec le secret espoir de montrer l’exemple et donc, de se donner encore plus de pouvoir, puisqu’en montrant l’exemple on deviens comme le maitre devant l’élève.

Mais ceci est à double-sens : lorsque vous ajoutez des informations, des photos,  des liens vers des articles, des vidéos, etc… vos contacts ( « amis » ) ont la possibilité de laisser leurs commentaires sur vos publications, ce qui est encore pire… En effet, par leurs commentaires ils témoignent de l’intérêt pour le contenu que vous avez publié ; et vous, ravi de voir que des gens s’intéressent à vos publications, vous leurs répondez et vous commentez à votre tour leurs propres publications ce qui flattera leur égo, à leur tour.

Toutefois, je vous invite à réfléchir sur la citation suivante tirée du film Matrix :

– Qu’est-ce qu’il veut ?

– Ce que veulent tous les hommes de pouvoir… plus de pouvoir !

Ainsi, l’égo gonflé à bloc par les commentaires de vos amis, vous en voulez encore plus poussé, qui plus est, par la jalousie que vous inspire les publications de certains de vos amis qui recueillent encore plus de commentaires que les vôtres. Ainsi, vous publiez encore d’avantage, augmentez votre activité sur le réseau social, guettant les commentaires comme un chasseur guète sa proie, contribuant à alimenter la spirale sans fin. Vous invitez également vos amis non inscrits sur Facebook à s’inscrire, formant le secret espoir de les voir gonfler votre liste de commentaires, ainsi que votre liste d’amis Facebookeurs, autre signe de pouvoir flattant votre égo.

Et Facebook dans tout ça me direz-vous ? Et bien Facebook se goinfre ! Profitant, le sourire  aux lèvres, de l’aveuglement de ses utilisateurs et de leur volonté de pouvoir virtuel pour leur glisser de-ci, de là, innocemment, une petite publicité extrêmement ciblée grâce aux informations qu’ils auront fournies dans leur quête de toute puissance. Alors certes, on ne peut définitivement pas leur en vouloir : c’est une entreprise privée, cotée en bourse, qui cherche donc à faire un maximum de profits, et qui y arrive très bien !

Par contre, on peut aisément en vouloir aux utilisateurs de Facebook  de ne pas ouvrir les yeux et se rendre compte qu’ils courent à leur propre perte et qu’au final ils ne retireront pas grand chose de leur notoriété « facebooquéenne » .

Au final, je dirais que Facebook ressemble à s’y méprendre à World of Warcraft (WoW pour les intimes) ; le fameux MMORPG qui défraie la chronique par son taux d’addiction que les experts jugent dangereux et désocialisant … Alors que Facebook lui est une réseau SOCIAL, et tiens à le faire savoir : être accroc à Facebook vous rend très sociable ! Niaiseries, serais-je tenté de dire : car on rencontre autant de monde sur en jouant à WoW qu’en surfant sur Facebook, voire plus puisque Facebook vous cantonne à rester en contact avec vos amis et non pas à vous ouvrir aux autres ! Tentez donc d’ajouter un inconnu à votre liste d’amis sur Facebook : 90% de chances qu’il refuse, et s’il accepte c’est probablement que vous avez affaire à un insouciant car il vous divulguera alors toutes ses informations personnelles. D’où le dilemme qui fait que selon moi, Facebook n’a de social que le nom et qu’au final il constitue uniquement un gros piège publicitaire…

Remarquez, je ne défend pas WoW pour autant 😉

Rechercher
Catégories
Récemment écouté
This Charming Man
The Smiths
The Sound Of The Smiths [Deluxe Edition]
Il y a 2 jours
Reptilia
The Strokes
Room on Fire
Il y a 2 jours
Light My Fire
The Doors
The Doors
Il y a 2 jours
You Really Got Me (Remastered)
The Kinks
The Anthology 1964 - 1971
Il y a 2 jours
Walk of Life
Dire Straits
Brothers in Arms
Il y a 2 jours